Gouvernance des données et algorithmes publics : quelle stratégie pour l’État ?

Peu à peu, les données publiques se libèrent. Mais pour certaines d’entre elles, se pose la question non seulement de l’organisation de leur mise à disposition, mais également de leur exploitation par l’État lui-même. L’État stratège doit-il développer ses propres algorithmes ? Pour quels usages ? Quelques pistes de réflexions.

» Pour lire la suite, rendez-vous sur Wolters Kluwer

You can lead a person to data, but you can’t make them use it

This blog argues that a key reason why Open Government Data isn’t being widely used is very simple – it’s because the data that is published is not the data that feels relevant or important to most people.

» Pour lire la suite, rendez-vous sur Nesta

Study : Impacts of Open Data in Luxembourg and the Greater Region

2019 Three years after its official launch in April 2016, the data.public.lu portal has currently more than 800 published datasets and references nearly 110 reuses with the participation of 120 organizations. After a first experience in 2018, Luxembourg Institute of Science and Technology (LIST) was mandated in 2019 to conduct an evaluation of the impact of Open Data in Luxembourg. In order to better understand its users and stay tuned to their expectations in terms of content and functionality, a satisfaction survey was conducted.

» Pour lire la suite, rendez-vous sur data.public.lu

#OpenGov Transparence de l’aide publique au développement – retour sur le Forum Open d’État #6

Le 9 avril 2019, a eu lieu le sixième Forum Open d’État en partenariat avec l’Agence française de développement. Ce Forum a réuni les administrations et des membres de la société civile qui travaillent sur l’aide publique au développement.
Ce Forum a aussi permis de faire un point sur la mise en œuvre de l’engagement 3 du Plan d’action National, de “poursuivre la transparence de l’aide publique au développement”

» Pour lire la suite, rendez-vous sur Etalab

Open data et état plateforme

Une autre transformation accompagne l’économie des plateformes. Elle n’affecte pas les entreprises, mais les administrations et des collectivités territoriales. Son mot d’ordre est l’ouverture des données publiques, ou open data. L’idée d’ouverture des données et de transparence de l’État s’inscrit dans une tradition ancienne. L’article 15 de la Déclaration française des droits de l’homme et du citoyen stipule que « la société a le droit de demander compte à tout agent public de son administration ». Aux États-Unis, le Freedom of Information Act de 1966 oblige les agences fédérales à transmettre les documents classifiés à tout citoyen qui en fait la demande. En France, la Commission d’accès aux documents administratifs, CADA, créée en 1976, fait de même.

» Pour lire la suite, rendez-vous sur Cairn

Et si les entreprises ouvraient largement leurs données !

Si la question centrale est d’extraire le maximum de valeur de la donnée, il devient fondamental de savoir où la chercher dans l’océan Big data. Grace à l’open data, ouvrir ses données de façon fiable, structurée et librement réutilisable est facilitée. Objectif : stimuler l’innovation et l’esprit d’entreprise, voire générer des solutions durables aux problèmes sociaux.

» Pour lire la suite, rendez-vous sur Les Echos

Open Data : les notifications de violations de données personnelles reçues par la CNIL

La CNIL a dévoilé le jeu de données relatif aux notifications de violations de données.
Sur Data.gouv.fr, le fichier contient 1 652 entrées. Données d’État civil, pièces d’identité, données d’accès ou d’identification comme des mots de passe, condamnations, mesures de sûreté… le tableau des fuites d’informations personnelles est vertigineux.

» Pour lire la suite, rendez-vous sur Next INpact

Drame du 5 novembre à Marseille : l’open data aurait-elle pu l’éviter ?

Je pense que tous les intervenants et acteurs de l’immobilier – agents immobiliers ou gestionnaires – ont en tête les événements du 5 novembre à Marseille. L’effondrement de trois immeubles. Ne croyons pas que les problématiques soient spécifiques à Marseille. Toutes les villes anciennes de France sont dans la même situation, surtout celles qui n’ont pas vu l’immobilier de centre-ville flamber.

» Pour lire la suite, rendez-vous sur Immobilier 2.0