Après la Smart City, la Dark City ?

La Smart City, la ville intelligente, n’a vraiment plus la cote – mais depuis le temps qu’on le répète, on peut avoir des doutes ! Apparue il y a une bonne dizaine d’années, l’idée que les nouvelles technologies allaient fluidifier nos usages urbains semble en berne. Longtemps, les collectivités locales, soucieuses de prendre le train de l’innovation en marche, achetaient des solutions sur étagère pour entrer dans le club de la modernité. Reste qu’en même temps qu’elle déployait ses promesses, la ville intelligente a vu les critiques s’étendre, notamment autour des préoccupations relatives au respect de la vie privée, à l’image de l’annulation de l’imposant projet de Sidewalk Labs à Toronto (sur ce sujet, je renvoie aux billets de Mais où va le web – @MaisOuVaLeWeb – qui expliquait en détail en 2019 les enjeux du projet et en 2020 les enjeux de l’opposition par le collectif Block Sidewalk mené par l’activiste Bianca Wylie). Si Google/Alphabet a invoqué les effets de la pandémie pour jeter l’éponge en mai 2020, le projet d’aménagement du quartier des docks de Toronto est surtout tombé sous la pression sans faille de ses opposants.

» Pour lire la suite, rendez-vous sur InternetActu

Suivi des sorties – janvier et février 2021

Le mois dernier, nous établissions un bilan de l’année 2020 pour data.gouv.fr. Par conséquent, ce mois-ci, les suivis des sorties de janvier et février sont regroupés en un seul article. Nous partageons ici les publications qui ont retenu notre attention — qu’il s’agisse de jeux de données, de réutilisations, d’outils ou d’articles parus ailleurs sur le web.

» Pour lire la suite, rendez-vous sur data.gouv

La Ville de Marseille active sa plateforme de l’open data avec un premier jeu de données disponibles

Dans la lignée de la délibération votée en février, la Ville de Marseille poursuit dans sa stratégie de transparence des données, en créant une commission spécifique pour répondre aux demandes des habitants, collectivités, entreprises, journalistes… Elle ouvre également un premier jeu de données sur différentes thématiques accessibles sur sa plateforme de l’open data.

» Pour lire la suite, rendez-vous sur Made in Marseille

Comment la science ouverte peut s’inspirer du libre accès aux données publiques

Il y a 19 ans, un groupe de chercheurs internationaux s’est donné rendez-vous à Budapest pour discuter d’un problème tenace : malgré l’énorme quantité de travaux scientifiques et universitaires publiés, la plupart demeuraient inaccessibles. Les études réalisées restaient soumises à l’accès payant imposé par les revues spécialisées. De fait, les chercheurs avaient bien du mal à partager leurs découvertes et ne pouvaient pas s’appuyer sur leurs travaux respectifs pour en faire de nouvelles. Pour remédier à cette situation, le groupe a lancé l’initiative de Budapest, afin de promouvoir l’accès libre et gratuit aux revues scientifiques dans tous les domaines de recherche.

» Pour lire la suite, rendez-vous sur The Conversation

Bourges Plus ouvre ses données administratives au grand public

La communauté d’agglomération Bourges Plus vient d’ouvrir ses données publiques qui doivent servir les attentes des citoyens, des élus et des décideurs.

» Pour lire la suite, rendez-vous sur Le Berry Républicain

La ville connectée, entre intelligence artificielle et libertés publiques

Jusqu’à l’avènement de la 5G, la domotique et l’automatisation des équipements techniques du bâtiment se cantonnaient le plus souvent aux installations de chauffage-ventilation et aux commandes de volets roulant ; mais les possibilités offertes par le déploiement de réseaux ultrapuissants, l’essor de l’Internet des objets et de l’IA ouvrent aujourd’hui d’innombrables perspectives. Les initiatives qui fleurissent grâce aux réseaux des Smart City autrichiennes présentent des solutions remarquables, non seulement par leurs technicités mais également dans leurs approches sociales et politiques.

» Pour lire la suite, rendez-vous sur Le Moniteur

MAJIC : la DGFIP ouvre les fichiers des personnes morales

Bonne nouvelle sur le front de l’open data : le 26 mars, les fichiers des personnes morales qui apparaissent dans la documentation cadastrale sont désormais accessibles sur data.gouv.fr.

» Pour lire la suite, rendez-vous sur DecryptaGéo

Quand la donnée circule en ville

En 2012, GreenSI écrivait un billet « quand le numérique descend en ville », pour mettre le projecteur sur les débuts de la transformation numérique des collectivités. Après une première étape centrée sur la dématérialisation, elles abordaient les relations et les services numériques aux citoyens. Comme dans le privé, cette transformation n’est possible qu’avec une maîtrise des données, mais aussi par leur circulation au sein des systèmes complexes qu’elles gèrent : les villes, villages et métropoles.

» Pour lire la suite, rendez-vous sur Zdnet

Données géographiques libres – « Libre à vous ! »

Notre sujet principal portera sur les femmes et les métiers et communautés de l’informatique et du logiciel libre; la chronique « Partager est bon » de Véronique Bonnet sur la communication bienveillante et la chronique « Pépites libres » de Jean-Christophe Becquet sur les données géographiques libres.

» Pour lire la suite, rendez-vous sur April

Nos réflexions sur la qualité des données

D’avril à juin c’est le printemps de data.gouv.fr : chaque semaine nous partageons nos réflexions, des annonces concrètes ou encore des événements et quelques surprises !

» Pour lire la suite, rendez-vous sur data.gouv

Guillaume Rozier : le CV du jeune ingénieur qui ringardise le ministère de la Santé

Il s’est fait connaître avec le site CovidTracker. Son dernier projet, Vite ma dose ! permet de simplifier l’accès aux vaccins anti-Covid-19 pour les Français éligibles.

» Pour lire la suite, rendez-vous sur L’Express

Open data et datavisualisation : que faire des données qui dorment dans des tableurs ?

En une décennie, le mouvement de l’open data (ouverture des données publiques) s’est progressivement répandu en France. Mais les fichiers bureautiques bruts mis à disposition des citoyens sont peu attractifs. Heureusement, les projets de datavisualisation ne manquent pas.

» Pour lire la suite, rendez-vous sur ArchIMAG